EXAMENS

COLPOCYSTOGRAMME

Pourquoi fait-on cet examen ?

Cet examen permet d'explorer les troubles comme un prolapsus (descente d’organes),une incontinence urinaire ou des troubles de la défécation (trouble pour aller à la selle). Il consiste à explorer la position anatomique des différents organes du petit bassin de la femme (vagin, vessie, utérus et rectum) Il met en évidence la bonne position des organes en position debout au repos et au cours des efforts de poussée. Il permet ainsi de faire un bilan anatomique complet, véritable « carte de géographie » personnalisée de votre affection.

Quelles sont les indications de ce colpocystogramme ?

  • Il ne fait que confirmer l’examen clinique du chirurgien, permettant de ne passer à côté d’aucun élément masqué ou atténué et de traiter l’ensemble des anomalies dans leur ensemble. Il permet également de différencier les éléments du prolapsus et de démasquer une incontinence urinaire. En effet, lorsqu’il existe un prolapsus extériorisé ; la patiente ne se plaint pas de signes de fuites urinaires. Celles-ci sont masquées par la coudûre du conduit urinaire (urètre) et doivent être signalées au chirurgien qui pourra ainsi les corriger au cours de l’intervention chirurgicale.
  • Chez une patiente déjà opérée il met en lumière les éléments fixés et les distorsions anatomiques apparues. Il permet de poser au mieux l’indication d’une éventuelle reprise chirurgicale et surtout d’en prévoir la voie d’abord et la technique à employer.

Que faut-il faire avant ?

Vous n'avez pas besoin d'être à jeûn. Votre vessie doit être vidée pour faire cet examen. Une analyse d'urines (ECBU) est préconisée quatre jours avant votre rendez-vous, pour rechercher une éventuelle infection urinaire.

Quel matériel et produits sont utilisés ?

Cet examen ne nécessite qu’un matériel d’usage courant. Une prescription est adressée à la patiente qui doit se présenter avec : 1 flacon de 100 ml de Télébrix 35; 1  tube de Microtrast 150; 2 seringues (de 50 ou 60 ml) à embout conique et 1 spéculum de Collin de diamètre 30-33 à usage unique. La crème fluide, servant à opacifier l’urètre (conduit qui va de la vessie à l’extérieur) et le canal anal, est préparée par le centre de radiologie à partir d’une poudre mélangée à de l’eau distillée. 

Comment cela se passe t-il ?

L’examen comprend trois temps.

  • 1 - La patiente est placée en position gynécologique sur la table de radiologie horizontalisée. Après un sondage de la vessie non douloureux, avec une sonde de petit calibre, on injecte le produit de contraste dans la vessie.Puis on réalise une mise en place du spéculum et badigeonnage des parois vaginales et injection de Microtrast dans l’ampoule rectale.
  • 2 - La patiente préparée est placée en position debout, de profil. Deux clichés sont pris successivement, l’un en retenue maximale (contraction des muscles du périnée et de l’anus en demandant à la patiente de « serrer les fesses »), l’autre en poussée maximale (relâchement du périnée et contraction abdominale) pour évacuer le lavement rectal.
  • 3 - Un diagramme (un dessin en 3 couleurs) est réalisé en décalquant sur un papier transparent les contours des os du bassin puis les contours des organes en retenue et en poussée, avec des colorations différentes pour chaque organe et chaque position.

Est-ce douloureux ? Combien de temps dure-t-il ?

L'examen est quasiment indolore. Il se fait en ambulatoire et dure en tout vingt à trente minutes. Cet examen est extrêmement bien toléré en raison de la petite quantité de produit de contraste utilisée (50 mL dans la vessie et l’ampoule rectale). 

Comment se sent-on après ?

Normalement, vous ne ressentez rien. Il est recommandé de boire abondamment après l'examen pour faciliter l'élimination du produit de contraste par l'organisme. La seule précaution consiste en une bonne hydratation (boire au moins 1,5 litres d'eau par jour), dans les 48 heures précédant et suivant l'examen. Des brûlures persistantes doivent évoquer une infection urinaire. Dans ce cas il sera nécessaire de prendre un antibiotique surtout si vous êtes sujette aux infections urinaires.
En cas de terrain allergique, il est indispensable de prévenir le radiologue: qui peut préconiser un traitement antiallergique dans les jours précédents l'examen, soit il réalise une injection pour prévenir une réaction allergique le jour de l'examen.

haut de page