EXAMENS

ÉCHOGRAPHIE OBSTéTRICALE

L’échographie est une technique d’imagerie médicale utilisant les ultrasons et permettent l’exploration du corps humain, dénuée de risques connus pour les patientes et les fœtus.

Déroulement

On utilise :

  • soit une sonde échographique abdominale (le capteur glisse sur la peau avec un gel facilitant l’émission des ultrasons)
  • soit une sonde endo-vaginale qui permet d’augmenter la précision dans de nombreuses circonstances (quand cela est possible : exception faite des très jeunes filles, de la virginité et de l’atrophie vaginale sévère). Le capteur étant bien sûr muni d’un protège sonde à usage unique et désinfecté systématiquement.

Précautions

Eviter les crèmes anti vergetures, les huiles, les gels douche trois à quatre jours avant l’examen.
Il n’est plus nécessaire d’avoir la vessie pleine (éventuellement 1 à 2 verres d’eau une demi-heure avant l’examen suffisent).

  • La présence des enfants et de la famille élargie n’est pas souhaitable : un seul accompagnateur (le compagnon de préférence) afin de préserver la vigilance de l’examinateur.
  • Ce n’est pas un spectacle, les praticiens ont besoin de concentration et de calme : ce sont des médecins entrainés à l’échographie gynéco-obstétricale et au suivi de grossesse (dans ce cas, ils sont membres d’un réseau d’imagerie périnatale, réseau ARIP pour les gynécologues obstétriciens : Cochin, Port Royal).

Résultats

A l’issue de l’examen, le compte-rendu est donné à la patiente avec ses clichés, un exemplaire est envoyé au médecin prescripteur.
L’échographie pelvienne donne des renseignements sur la cavité pelvienne, l’utérus, les trompes et les ovaires.
Pendant la grossesse l’échographie obstétricale permet :

  • La datation, si les cycles sont irréguliers.
  • Au premier trimestre (entre 11.5 et 13.5 SA, ou 11 semaines et 4 jours d’aménorrhée et 13 semaines et 6 jours d’aménorrhée) : elle apprécie la morphologie embryonnaire et permet la mesure de la nuque (qui combinée aux dosages des marqueurs biologiques et à l’âge maternel, permet d’évaluer le risque de trisomie 21 fœtale si la patiente le souhaite).
  • Au deuxième trimestre (entre 22 et 23 SA) : elle apprécie la vitalité, la biométrie et permet l’analyse morphologique avec étude des structures fœtales et la recherche d’éventuelles anomalies. Elle étudie l’environnement fœtal : placenta, liquide amniotique, cordon, Doppler.
  • Tous ces éléments vont donnés un bilan de santé du fœtus.
  • Au troisième trimestre (entre 32 et 33 SA) : elle apprécie la croissance, la présentation, la localisation placentaire et recherche d’éventuelles anomalies tardives.

A noter que l’échographie n’est pas infaillible et ne peut pas tout diagnostiquer, même pratiquée par des médecins entrainés et compétents, certains facteurs peuvent gêner (paroi épaisse, position fœtale inadéquate).

haut de page