EXAMENS

HYSTéROGRAPHIE - CATHéTéRISME SéLECTIF

En quelques mots

L'Hystérosalpingographie ou l'hystérographie est une radio de l'utérus et des trompes après remplissage par un produit de contraste. Elle doit être réalisée en première partie du cycle, en dehors de toute infection évolutive. L'examen proprement dit dure moins de 5 minutes. Pratiqué avec douceur, il est le plus souvent indolore.

Déroulement et précautions

Il est réalisé en première partie du cycle. 
On s’assurera de l’absence de grossesse (test de grossesse à réaliser).
Le centre de radiologie délivre une ordonnance pour obtenir un antibiotique (en prévention), un speculum ainsi que le produit de contraste.

Le radiologue explique en détail à la patiente le processus de l'examen et la rassure sur d'éventuelles craintes.

Le matériel est à usage unique.

L’examen débute comme celui réalisé par le gynécologue, à son cabinet (réalisation d’un toucher vaginal puis mise en place du spéculum). On fait ensuite tenir la « tulipe » (ou ventouse) en plastique sur le col utérin en aspirant l’air contenu dans celle-ci à l’aide d’une seringue vide.
On injecte alors tout doucement le produit de contraste dans l’utérus. Si l'injection est faite lentement, la patiente ne ressent le plus souvent aucune douleur.
Des clichés sont pris en cours de remplissage de l'utérus et des trompes de face et de profil, suivis d’un simple cliché tardif (20 minutes après la fin de l’examen).
Le radiologue vous recevra après pour vous commenter les résultats.

Parfois, au lieu d'utiliser une cupule en plastique, la préhension du col peut s’effectuer avec une pince. Le produit est alors injecté à l’aide d’une canule métallique. Cette méthode ne se fait qu'en cas d'échec de la technique décrite plus haut (dans 10 à 20 % des cas).

Le cathétérisme tubaire

Le cathétérisme tubaire est une technique utilisée depuis quelques années dans l'exploration et le traitement des obstructions tubaires.

L'examen est indiqué dans deux circonstances :

  • L’hystérosalpingographie ne donne pas d’informations diagnostiques fiables sur la perméabilité des trompes. Par exemple un obstacle (polype d’une corne utérine) peut empêcher l’accès du produit iodé dans une trompe lors de l’hystérosalpingographie ; le fin cathéter utilisé accompagné d’une sonde de petit diamètre, introduits dans l’utérus, vont contourner l’obstacle puis être positionnés dans la trompe ; le produit de contraste est injecté directement à l’aide de la sonde (salpingographie sélective).
  • Lorsque la trompe est authentiquement bouchée (séquelle infectieuse ou simple bouchon muqueux) alors le cathéter va être introduit dans la trompe à la rencontre de l’obstacle que l’on tente de lever par des petits mouvements de va-et-vient à l’aide du guide (reperméabilisation ou cathétérisme tubaire).

haut de page