EXAMENS

INFILTRATIONS

On appelle « infiltration » l’injection d’une substance anti-inflammatoire, en général un dérivé cortisoné, à proximité immédiate d’une structure anatomique siège d’une inflammation, que l’on veut soigner.

Encore aujourd’hui, les infiltrations sont souvent effectuées sur la base de repères cliniques.
Toutefois, le développement de l'imagerie médicale a permis de réaliser ces gestes avec plus de précision et de sûreté, en guidant le trajet de l’aiguille sous radioscopie, échographie ou scanner.

Ces infiltrations nécessitent une prescription médicale.
Les infiltrations se font en ambulatoire : elle ne nécessite donc pas d’hospitalisation.

Précautions et recommandations

Avant l’infiltration, vous devez signaler :

  • Toute prise d’anticoagulants, d’aspirine ou de tout autre traitement fluidifiant le sang. 
  • Tout terrain allergique ou asthmatique : un traitement préventif adapté pourra vous être prescrit. 
  • Toute infection récente : fièvre, rhume, mal de gorge, soins dentaires ... 
  • Tout retard de règles, grossesse, allaitement… 
  • Toute maladie sérieuse : cardiaque, neurologique, diabète etc.

Apportez le jour de l'infiltration :

  • la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….)
  • les résultats des examens de laboratoire qui vous auraient été demandés
  • le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanner, IRM, scintigraphies osseuses, ...)

Pour l’infiltration :

  • A l’exception des médicaments que l’on vous aurait précisément demander d’arrêter, vous prendrez normalement vos autres traitements. 
  • Venez de préférence accompagné. Il ne faut pas être à jeun.

Déroulement

Pendant l’infiltration, suivez bien les recommandations du médecin et du technicien. Votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications.

On peut schématiquement séparer 2 types d’infiltrations :

  • Les infiltrations rachidiennes qui se déroulent sous contrôle radiologique, parfois sous scanner.
  • Les infiltrations périphériques : toutes les articulations et tendons en dehors du rachis (épaule, coude, poignet, main, hanche, genou, cheville, pied...) qui peuvent se dérouler sous contrôle radiologique ou échographique.


1 - Infiltrations rachidiennes (lombaire)

  • Vous êtes installé à plat ventre sur une table de radiographie. 
  • Après une désinfection très soigneuse de la peau, le médecin procède à l’anesthésie locale, de plus en plus profonde, jusqu’à l’endroit à traiter. Celle-ci va réduire la sensibilité de la peau et des muscles afin que l’infiltration soit la plus confortable possible pour vous. 
  • Sous contrôle radioscopique (télévision), une aiguille est mise en place à proximité du nerf. Une faible quantité de produit de contraste iodé est injectée pour vérifier la bonne position de l’extrémité de l’aiguille, puis le médicament est injecté. Des douleurs habituelles dans la jambe peuvent être reproduites de manière fugace.
  • Quelques images radiologiques seront prises durant les différentes phases de l'examen. 
  • Après l’infiltration, un repos relatif le jour de l'infiltration et, si possible, le lendemain, est conseillé pour une meilleure efficacité de l'infiltration. L'amélioration se manifeste en général 48 h après l'infiltration. Il peut exister une réaction « paradoxale » avec augmentation de la douleur pendant 24-48h, rare et rapidement résolutive.

En cas de fièvre ou de douleur importante 48-72h après l’infiltration (possibles signes d’infection), il est important de contacter votre médecin ou notre équipe au numéro de téléphone suivant : 01 47 64 00 00.


2 - Infiltrations périphériques radioguidées

Pour toutes les articulations en dehors du rachis (épaule, coude, poignet, main, hanche, genou, cheville, pied...)

  • Vous êtes installé sur le dos sur une table de radiographie
  • Après une désinfection très soigneuse de la peau, le médecin procède à l’anesthésie locale, de plus en plus profonde, jusqu’à l’endroit à traiter. Celle-ci va réduire la sensibilité de la peau et des muscles afin que l’infiltration soit la plus confortable possible pour vous. 
  • Sous contrôle radioscopique (télévision), une aiguille est mise en place au sein de l’articulation à traiter. Une faible quantité de produit de contraste iodé est injectée pour vérifier la bonne position de l’extrémité de l’aiguille, puis le médicament est injecté ; ces injections sont indolores. Quelques images radiologiques seront prises durant les différentes phases de l'examen. 
  • Suivant les indications, la réalisation d’un scanner (dans une autre salle d’examen) pourra être couplé (arthro-scanner).
  • Après l’infiltration, un repos relatif le jour de l'infiltration et, si possible, le lendemain, est conseillé pour une meilleure efficacité de l'infiltration. L'amélioration se manifeste en général 48 h après l'infiltration. Il peut exister une réaction « paradoxale » avec augmentation de la douleur pendant 24-48h, rare et rapidement résolutive.

En cas de fièvre ou de douleur importante 48-72h après l’infiltration (possibles signes d’infection), il est important de contacter votre médecin ou notre équipe au numéro de téléphone suivant : 01 47 64 00 00.

 

3 - Infiltrations échoguidées (infiltrations sous échographie)

L’échographie offre une alternative intéressante pour les infiltrations des « parties molles » (articulations, tendons…) en permettant de suivre le trajet de l’aiguille sans rayons X, ni injection de produit de contraste iodé.
Cette technique permet d'infiltrer les tendinopathies, les bursites, les articulations pathologiques et de réaliser des ponctions-aspirations de calcifications tendineuses, notamment au niveau de l’épaule.
Les infiltrations du rachis ne sont pas possibles sous échographie.
Ces infiltrations échoguidées se déroulent en position couchée sur le dos, avec une anesthésie locale.

haut de page